Le poisson : un océan de santé

Pour réduire les risques de maladies cardio-vasculaires, les consommateurs devraient manger du poisson une à deux fois par semaine. Notamment le poisson gras tel que le maquereau, le hareng, l'anguille, le saumon, le Bückling et le flétan, est excellent pour le cœur et les vaisseaux sanguins.

Baisse de 30% des maladies cardio-vasculaires

Le poisson, tout particulièrement le poisson gras, contient des acides gras omega-3. Ces acides gras non saturés ont une influence bénéfique sur le cœur et les vaisseaux sanguins. Une étude scientifique montre qu'une quantité de 0,2 grammes d'acides gras omega-3 par jour peut faire baisser le taux de mortalité due aux maladies cardio-vasculaires de presque 30%. De plus, les acides gras omega-3 augmentent la durée de vie des personnes qui ont déjà eu un infarctus. Il suffit de manger du poisson une à deux fois par semaine pour atteindre la quantité précitée.

Le poisson gras augmente l'intelligence de l'enfant

Une étude réalisée à l'université de Maastricht confirme que les acides gras poly-insaturés stimulent le développement du cerveau et améliorent la vue des jeunes enfants. En effet, ces acides gras jouent un rôle important dans la composition du tissu cérébral et de la rétine de l'enfant à naître. L'ìtre humain ne pouvant pas fabriquer lui-mìme ces acides gras, c'est son alimentation qui doit les lui fournir. Les enfants reçoivent ces acides gras poly-insaturés via le placenta et le lait maternel. En d'autres termes : la consommation de poisson gras pendant et juste après la grossesse augmente les chances que l'enfant naisse intelligent.